L’histoire continue . . .

 

Nous disposons de …… solutions réelles et utiles formées en nombres restants du carré des croissants, qui deviennent les données qu’il vous faut à présent exploitées, et voir combinées, pour restituer les gothimagiques que nous souhaitons voir s'édifier sur le sentier de cette magicité.

 

Diverses méthodes d'investigations peuvent être préconisées, mais une seule vous sera commentée en détail, compte tenu de l'importance de l'analyse de cet échafaudage gothimagique, qu’une seule de ces méthodes comporte de pages dans une dissertation que vous devrez compléter pour vous prêter au jeu.

Néanmoins et ultérieurement je reviendrais sur une méthode à explorer pour vous consentir à l’exploitée, et qui vous permettra de…..., mais ceci est un autre chapitre à cet ouvrage.

 

Ne nous égarons pas du sentier pratiqué, et revenons à l'étude de vos annotations des seules et uniques solutions réelles et admissibles à cette résolution du numéromagique entamé.

 

Plusieurs possibilités s'offraient à moi pour la poursuite de l’investigation à cette épopée éthérée de magicité , et j’ai opté pour celle qui me paraissait la moins longue.

 

J'ai donc fait une approche de l'analyse des solutions réelles des manques 19 et 59 qui ne dénombrent que peu de solutions réelles admissibles à cette assise de la création du carré magique.

 

 

 

 

Et la logique fût !

Les solutions réelles des manques 19 et 59, s’incèrent dans les cases des lignes 1 et 5 de votre mosaïmagic.

Deux lignes ou deux colonnes ne se rencontrent jamais dans une case commune d'intersection dites : de superposition, qui est l’exclusivité de deux manques perpendiculaires; Ainsi, dans un même tradimagique, on ne peut, et on ne doit, jamais inscrire deux valeurs mathématiquement identiques.

La logique ?

 

 

 

 

    L’idée d'un tableau !

 

Le tableau qui va être présenté au chevalier de la magicité tant convoitée, associe toutes les solutions réelles de l’un des manques, avec celle de son manque opposé, et donc parallèle, dans une représentation graphique de la grille, et n’accepte comme association réelle, que l'union de deux solutions réelles de deux manques opposés qui sont formées en nombres restants et différent du carré des croissants et qui n'ont donc aucun nombre en commun.

 

 

 

Notes

 

L'étude va se dérouler avec les solutions réelles en nombres restants du carré des croissants qui ont été restituées, et ainsi, les termes réelles, nombre pris et nombres restants du carré des croissants sont dispensés de la compréhension de cet itinéraire entrepris.

Une association réelle de manque est la possibilité d'unir deux solutions utiles qui appartiennent à deux manques opposés et donc parallèles dans cette grille, qui n'ont à n’en pas douter, aucune similitude dans la composition de leurs écritures.

 

 


Sur les 16 unions théoriques qui sont envisageables pour ces ( 4 x 4 ) solutions de deux manques opposés, seulement quatorze sont réellement prisent en compte, et deviennent nos quatorze associations réelles des manque 19 et 59 .

Complétez ce tableau des résolutions de recherche d'unions et retrouvez les quatorze associations réelles de solutions des manques 19 et 59, qui n'ont aucun nombre en commun.

 

 

Complétez ce tableau d'associations qui préconise d’écrire les solutions réelles trouvées dans les cases du manque correspondant, et à noircir les cases qui ne vous permettront pas de concrétiser les associations réelles des manques 19 et 59 concédés à la concrétisation de votre mosaïque numérique gothimagique traditionnelle.

 

 

 

 

 

Vos deux unions fausses et noircies sont des impossibilités de magicité et sont définitivement écartées de la démarche de votre progression à cette quête du traditionnel.

 

 

 

Prenons votre première association réelle des manques 19 et 59, par et pour exemple

 

Première association réelle de manques 19 et 59. : ( 1 A )