Unions de solutions restantes d'associations

 

Cette démarche visuelle s'apparente à celle que vous avez employée pour le tableau d'associations réelles des manques 19 et 59.

 

La compréhension de cette visualisation créatrice de la magicité escomptée, va s'exécuter avec la première association réelle des manques 19 et 59 qu’est l'association 1 a ) :

( 24 / 23 / 12 ) et ( 14 / 3 / 2 )

 

Visualisez cette première, et la plus grande solution restante d'association du manque ( 43 ) qui se trouve écrite dans le cadre : probabilités restantes du carré des quatre manques, et qui doit normalement être :

        manque ( 43 )   *   ( 22 / 15 / 6 )

 

Cette première solution restante d'association du manque ( 43 ) nous la nommerons «  le Donneur  » et toutes les solutions restantes d'association du manque qui lui est parallèle ( ou opposé ) dans la représentation graphique du carré des quatre manques s’appelleront «  les Receveuses  ».

 

La solution restante d’association, ( de votre 1ere association réelle des manques 19 et 59 ) du manque ( 43 ) qui est donc le « Donneur », doit être distribuée mentalement à toutes les Receveuses de cette même association du manque opposé, en l’occurrence les « Receveuses » du manque ( 35 )

 

[ de l'association   n°1 a ) : ( 24 / 23 / 12 ) et ( 14 / 3 / 2 ) ]

 

 

Seul deux templiers avaient l'honneur et le privilège de chevaucher, cheveux au vent, sur une même monture à cette époque révolue de ce haut moyen âge. Et ainsi le preux chevalier des temps modernes doit créer une union de deux solutions restantes du carré des quatre manques, à partir de deux solutions de deux manques opposés dans la représentation graphique de la présente méthode du C 4 M, qui appartiennent à cette même 1ere association réelle de manques ( 19 et 59 ), et qui se doit pour être admise au rang d’union réelle de manques opposés n'avoir aucune similitude dans la composition de leurs écritures.

 

  (  fastoche ! ! !  )

 


Ainsi pour notre exemple ( association : 1a )

 

 

 

Seul les deux unions ( 22 / 15 / 6 ) + ( 20 / 11 / 4 ) et ( 22 / 15 / 6 ) + ( 16 / 11 / 8 ) peuvent être acceptées et retenues comme unions réelles de deux solutions restantes de deux manques opposés ( 43 et 35 ) de la 1ereassociation :

( 24 / 23 / 12 ) et ( 14 / 3 / 2 ) et doivent être écrites dans le cadre :

Unions possibles de parallèles

 

L'union de deux solutions restantes d'une même association est «  réelle  » si les deux solutions, qui sont parallèles ( ou opposés ) dans le quadrillage magique, n’ont entre elles aucun nombre en commun qui valident ainsi leurs

«  inscryptions  » dans le cadre unions possibles de parallèles de la 1ereassociation analysée.

 

Renouvelez cet automatisme visuel avec la deuxième solution restante ( de votre 1ere association réelle de manques 19 et 59 ) du manque ( 43 ) ),qui devient maintenant le Donneur sur toutes les Receveuses du manque opposé

( 35 ), et notez au fur et à mesure du cours de votre progression, ces unions réelles de solutions restantes opposées qui n'ont aucun nombre en commun.

 

Accomplissez cette prouesse visuelle avec tous les autres Donneurs encore disponibles du manque ( 43 ) sur les Receveuses du manque ( 35 ), de cette même 1ereassociation ( 24 / 23 / 12 ) et ( 14 / 3 / 2 ) et perpétrez la même performance pour la deuxième parallèle ( 49 et 29 ) de cette 1ereassociation, et ceci pour les 13 autres associations réelles de manques (19 et 59 ) qu’il vous reste à liquidées.

Et n’oubliez pas de noter les unions réelles de manques parallèles ( 49 + 29 ) et ( 43 + 35 ) décelées, qui n'ont aucun nombre en commun, dans les cadres : Unions possibles de parallèles qui leur sont allouer pour chacune des 14 associations réelles de manques (19 et 59 ).

               (  __    Pour le chevalier se sera ?

 __ Un Alkasetzer dans un grand verre, merci ! )


Notes intentionnelles à votre attention

 

Vous avez le choix du Donneur sur les Receveuses du manque graphiquement opposé pour chacune des unions de manques parallèles des quatorze associations réelles des manques ( 19 et 59 ).

 

La seule obligation à laquelle vous êtes asservi est de ne point changer le Donneur en cours de recherche d’unions réelles

Le choix, pour mon étude, s’est porté sur le Donneur qui acquiesçait le moins de solutions restantes par apport à son opposé, et il est donc interdit d'intervertir votre choix : Donneur / Receveuses lorsque vous l’aurez déterminé, et à plus forte raison, si la distribution à commencée, et qu’une première union réelle à été acceptée et notée.

 

 

Le doute est la seule chose que le chevalier au destrier doit redouter, il est donc inutile de vous réfugier dans une redoute pour échapper aux corvées demandées, sinon c'est la déroute.

 

 

 

 

 

Cette activité requiert une vigilance assez soutenue,

si vous êtes fatigué, vos yeux le sont aussi,

et les risques d'erreurs sont à leur apogée dans cette épopée.

 

Reposez-vous, vous l'avez bien mérité,

ne perdez pas votre temps plus longtemps à les recherchées, dehors il fait si beau !

Prenez votre temps,

nous ne sommes pas presser, mais n’en omettez aucune !

 

 

 

 

 

 

    A plus!